DADA, soupçon mortel

Entre Montpellier et Nantes, le 12 juillet dernier, aux rencontres littéraires de Haute-Provence, Jean-Marie Gleize a prononcé dans la chaleur vacante quelques mots au sujet du texte de Denis Roche­: “Dada soupçon mortel”, paru fin 1975 dans la revue Art Press. Autant, le numéro 3 (couverture « gris taupe clair ») d’Axolotl avait republié ce texte de Denis, le 18 mars 1996.

Sont donc proposés ici :

plus tard, il sera bien sûr encore, ô misère !, question de romans

Notamment, trois textes rares

« de l’autre côté de tout, loin de tout, parce que tout est à jamais Cabourg. »
Dominique de Roux : Maison jaune ;  Christian Bourgois, 10×18, 1976, p. 14.

Il y a 17 ans jour pour jour, Denis Roche datait de « Villiers » le triptyque qui ouvre, p. 10-11, Aller et retour dans la chambre blanche (Filigranes Éditions, 2016). 

Voici donc, pour célébrer cet anniversaire aussi, trois textes de Denis Roche a priori difficilement dénichables et que le choix de réunir ici relève du plus exact et du plus infaillible arbitraire :


Par ailleurs, les acquisitions de la Rochothèque se sont récemment multipliées, à la fois du fait de l’actualité (expos, publications) et du besoin de combler de patentes carences (merci à toute celle qui y a contribué – sa poche hambourgeoise recyclée lui sera restituée sous peu).

Il conviendrait sans doute de réfléchir en commun à une circulabilisation autre que locale des éléments de cette totalité en constant devenir. Suggestions bienvenues : sebgof.ccp@gmail.com.


Enfin, parmi les projets en cours, voici les plus rationnels :

  • récolement de la Rochothèque
  • la bibliographie complète de Denis Roche,
  • un éphéméride rochien,
  • un dictionnaire rochien des noms propres.