« la vitesse, la jubilation et le lyrisme »

C’est à trois reprises : p. 167-168, p. 202 et p. 268 que, dans Éloge de la véhémence, paru il y a près d’un an et en même temps que Temps profond (et À Varèse et Louve basse), Jean-Marie Gleize évoque un entretien accordé par Denis Roche à la revue Prétexte vingt ans auparavant (numéro 21-22, printemps 1999, 172 pages, 60 francs).

Mené par Stéphane Baquey, cet entretien concluait un dossier consacré par Prétexte à Denis Roche. S’y conjoignaient en effet deux articles consacrés à Denis Roche, l’un de Stéphane Baquey, l’autre de Bertrand Verdier. Voici donc ici, en ses 3 éléments constitutifs, l’intégralité de ce dossier :

Stéphane Baquey : Denis Roche : La Rage de l’expression ou le dernier des Mohicans…, p. 23-29 ;

Bertrand Verdier : Notes sur quelques publications récentes – et anciennes – de Denis Roche, p. 30-33 ;

Stéphane Baquey : Entretien avec Denis Roche, p. 34-41.

Remerciements aux auteurs, et notamment à Stéphane Baquey pour sa relecture très attentive.


 « Carnac où nous pourchassons, avec Denis Roche, les mésaventures de la narration préhistoriques

(et ce n’est pas sans penser à telles lectures de l’énigme poétique !) »

(Christian Prigent, 17 mai 1970)

Quelques autres anecdotes et considérations parsèment l’instructive correspondance entre Francis Ponge et Christian Prigent, parue ce 20 août aux éditions L’Atelier Contemporain ; parmi quoi :

  • « Ne doutez pas, non plus, de la sincérité de l’accueil que vous a fait Denis Roche (nullement complaisant, croyez-le). » (Francis Ponge – 28 janvier 1970)

  • « [Denis Roche] Pas peu fier non plus d’avoir été traité, par tel douanier belge suspectant TXT, d’« aliéné mental » ! … » (Christian Prigent – 20 août 1971)

  • « Denis Roche ; chaque fois que je songe à lui, l’idée qu’un tel homme existe décourage la misanthropie et le pessimisme qui me sont (trop) naturels – et, véritablement, me réjouit et m’exalte » (Francis Ponge – 6 mai 1974)

  • « comme dirait Denis, « la théorie de la fiction est aussi une fiction » » (Christian Prigent – 23 août 1975)

Le recueil d’essais de Christian Prigent : La peinture me regarde paru simultanément (L’Atelier contemporain, Strasbourg, 2020) propose également quelques pages consacrées à Denis Roche, intitulées « Comment voir le temps » (p. 417-422).


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s